Les prix des carburants vont-ils encore augmenter prochainement ?

C’est l’augmentation du prix à la pompe qui a déclenché la colère des gilets jaunes. Même si d’autres revendications ont été ajoutées au mouvement, celle-ci reste la principale. Suite à un court moment de baisses successives pendant lequel les ménages modestes ont pu supporter les prix des produits pétroliers, on a constaté une hausse des coûts depuis le début de cette année. Alors, il est légitime de se demander ce qui adviendra lors des prochains mois.

Évolution des prix du carburant en 2018 et 2019

Lors du début de l’année 2018, une augmentation considérable des prix des carburants (Sans Plomb 98 ou E5, Sans Plomb 95 ou E5, Sans Plomb 95 E10, superéthanol E85, Gazole B7 et GPL) a eu lieu. Abcmoteur a décortiqué les prix des carburants pour vous aider à mieux appréhender l’origine de cette inflation.

En novembre et décembre 2018, la tendance des prix à la pompe s’orientait à la baisse. En faisant un plein de 60 litres, les consommateurs déboursaient entre 1,60 et 2,30 € environ. Mais en janvier 2019, les prix à la pompe ont connu une légère reprise. En effet, le prix du brut a grimpé et la tendance à la hausse a poursuivi sa lancée. Lors de la dernière semaine du mois de janvier, les tarifs se sont stabilisés temporairement, même si on constatait certaines variations, insignifiantes, au-dessous d’un centime par litre.

Après cette période de stabilité, le coût des carburants augmente à nouveau, depuis la mi-février. Le diesel est devenu plus onéreux depuis le 20 février 2019. Les prix de l’essence ont également connu une hausse conséquente. Pendant les dernières semaines du mois de février, les prix des carburants n’ont eu de cesse d’augmenter.

La première semaine du mois de mars est marquée par une stagnation des prix à la pompe. Pour la semaine du 11 mars, une augmentation du prix de l’essence est prévue.

D’après ce constat, le coût du gazole augmente plus rapidement que celui de l’essence.

station essence

Les facteurs de changement des prix des carburants

Comme vous avez pu le remarquer, les tendances sont très variables : les prix augmentent, diminuent ou restent stables à certaines périodes. Essayons de comprendre les causes de ces changements fréquents.

Pour rappel, la détermination du prix des carburants revenait au gouvernement jusqu’en 1981. Mais depuis cette date, les tarifs à la pompe sont influencés par la concurrence, que ce soit au niveau du marché pétrolier international, ou au niveau national avec la concurrence entre les opérateurs et les stations-service. Donc, les prix des hydrocarbures suivent la conjecture nationale et internationale.

Les éléments composant les prix des carburants routiers en France

Une grande partie du prix à la pompe est composée de taxes (60 % environ). On distingue principalement deux types de taxes, dont la TVA ou taxe sur la valeur ajoutée et la TICPE ou taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Dans l’objectif d’adapter la fiscalité des produits selon les émissions de gaz carbonique (CO2) tout en voulant encourager un changement de pratiques en matière d’écologie, la TICPE constitue une composante carbone depuis 2014.

Les variations annuelles des taxes dépendent des budgets de l’État et des collectivités locales, mais également de la transition énergétique. On les calcule à partir des prix hors taxes de l’essence et du diesel dans l’Hexagone.

Les taxes ne sont pas l’unique composant des prix des carburants. En plus des taxes, les prix des produits pétroliers reposent aussi sur les coûts du pétrole brut. Celui-ci se négocie sur les marchés internationaux, fixé en fonction de l’offre et de la demande. Sur la place financière, les types de pétrole de référence sont le WTI (West Texas Intermediate), le Dubai Light et le Brent. Les coûts des autres types de pétrole brut sont définis à partir de ces catégories. Sur le marché européen, on utilise le Brent comme base de référence. Quand le cours du pétrole brut change, les prix à la pompe sont impactés à leur tour.

Après le prix du pétrole brut viennent s’ajouter le prix du raffinage et la marge du distributeur. Le tarif du raffinage est influencé par la demande, le changement des caractéristiques techniques de certains carburants, le tarif des infrastructures ainsi que le coût du transport du pétrole brut.

Quant à la marge du distributeur, celle-ci varie des possibilités techniques et des politiques commerciales adoptées par les distributeurs.

Les causes de l’écart des prix des carburants

D’un point de vue général, les taxes font alors partie des éléments occasionnant le changement des tarifs à la pompe. Mais il y a également le prix du pétrole brut, le raffinage et la marge des distributeurs.

Une possible augmentation des prix du carburant durant les prochains mois

En matière de carburants, l’avenir reste incertain. Les aléas climatiques et la taxe carbone risquent d’affecter fortement le coût à la pompe. En ce qui concerne la TICPE en particulier, son augmentation est prévue jusqu’en 2030. Les utilisateurs de diesel ne seront pas épargnés, car dans le cadre de la loi de Transition écologique, la TICPE de ce carburant doit grimper en vue de s’aligner sur celle de l’essence.

Le cours du brut peut également repartir à la hausse. Le contexte économique et les marchés financiers jouent un rôle crucial. Étant donné l’augmentation du Brent cette année, tout semble indiquer que la flambée des prix des carburants n’est pas près de s’arrêter. Pour toutes ces raisons, une augmentation des prix des carburants est envisageable pour les mois à venir.

La population française reste à l’affût de l’évolution des coûts à la pompe. En effet, c’est cette hausse qui a causé la colère des gilets jaunes. Alors, si l’augmentation des prix des carburants continue sur sa lancée, les automobilistes et les pouvoirs publics vont encaisser un nouveau coup dur et les hostilités risquent bien d’être ravivées.